10ème édition
9 ET 10 NOVEMBRE 2021
Paris

Le salon IT des solutions et applications mobiles

Quels sont les meilleurs navigateurs web Android à utiliser en 2021 ?

Le navigateur internet est l’outil primordial sur un appareil mobile. Il est le moteur pour naviguer sur internet. Plus uniquement pour les sites web mais aussi maintenant pour les nouveaux types d’applications basées sur les technologies web (progressive web app, jeux…).

Pour cette nouvelle édition de notre classement, réalisé en 2018 et en 2020, nous avons choisi de comparer 16 applications mobiles : Brave, DuckDuckGo, Chrome, Ecosia, Edge, Firefox, Firefox Focus, Firefox Nightly (anciennement Preview), Kiwi, Mint, Opera, Opera Mini, Qwant, Samsung, Vivaldi et Yandex.

L’objectif de ces mesures est de voir comment les solutions se situent en termes d’impact environnemental (émission Carbone) les unes par rapport aux autres sur des scénarios utilisateurs courants mais aussi de donner des repères sur nos usages des navigateurs.

 

Pour chacune de ces applications mesurées sur un smartphone Galaxy S7 (Android 8), les scénarios intégrant le lancement du navigateur, la navigation sur 7 sites web différents, les périodes d’inactivité etc. ont été réalisés au travers de notre Greenspector Test Runner, permettant la réalisation de tests automatisés.

En savoir plus sur la méthodologie

Consommation d’énergie tous parcours confondus (en mAh)

La moyenne de consommation d’énergie est de 49 mAh (pour rappel, la moyenne du classement 2020 était de 47mAh, soit +4,2% en 2021).

Voici l’évolution par rapport à l’année dernière.

  Classement 2021 Classement 2020 Évolution
Firefox Focus 1 10 9
Vivaldi 2 4 2
DuckDuckGo 3 5 2
Firefox Nighly 4 10 6
Yandex 5 3 -2
Kiwi 6 8 2
Opéra 7 2 -5
Brave 8 7 -1
Ecosia 9 1 -8
Chrome 10 6 -4
Samsung 11 9 -2
Firefox 12 13 1
Edge 13 11 -2
Qwant 14 13 -1
Opera Mini 15 14 -1
Mint 16 12 -4

Firefox Focus et la meilleure solution en termes de consommation énergétique de notre comparatif. La version évaluée en 2020 était une des premières versions et il semble que les équipes Firefox ont travaillé sur l’optimisation de la consommation d’énergie de leur navigateur depuis. Ecosia perd sa place de leader sur cet indicateur et se retrouve en milieu de classement. Du côté des navigateurs les plus énergivores on retrouve Mint et Opera Mini. À noter que les navigateurs les plus répandus : Edge, Firefox, Chrome et Samsung, sont assez mal classés.

Cette consommation totale d’énergie peut être évaluée et analysée en 2 domaines : la consommation d’énergie de la navigation pure et la consommation d’énergie liée aux fonctionnalités du navigateur. 

Consommation d’énergie de la navigation (en mAh)

La navigation est la consommation uniquement associée à la visualisation de la page (pas de prise en compte du lancement du navigateur, des fonctionnalités…).

La plupart des navigateurs ont une consommation d’énergie sur la navigation “pure” qui est assez proche. Ceci s’explique principalement sur l’usage des moteurs de visualisation. La plupart des navigateurs utilisent le moteur de visualisation Chromium.

Par rapport au classement 2020, il semble que le moteur Firefox se soit amélioré. Qwant, utilisant ce moteur aussi.

Consommation d’énergie des fonctionnalités (en mAh)

Les fonctionnalités intègrent les états du navigateur comme les périodes d’inactivités (idle), le lancement du navigateur, l’écriture des URLs dans la barre de navigation.

En gardant le même classement que pour l’énergie totale, on voit que les fonctionnalités hors navigation (écriture d’URL, inactivité du navigateur…) ont un impact non négligeable sur la consommation totale.

Autonomie (heures)

L’autonomie est le nombre d’heures pendant lesquelles l’utilisateur peut surfer avant que la batterie ne soit complètement déchargée. Le classement ne change pas par rapport à celui de l’énergie, l’autonomie étant directement liée à l’énergie.

On observe que l’autonomie peut doubler de 5h à 10h entre le navigateur le plus consommateur (Mint) et le moins consommateur (Firefox Focus).

Données (Volume de données échangées) (Mo)

Certaines applications ne gèrent pas du tout le cache pour des raisons de protection et de confidentialité des données, utilisent des proxy qui optimisent les données, ont une différence d’implémentation de la gestion du cache. De plus, si un navigateur est performant, la contrepartie est que beaucoup plus de données sont potentiellement chargées en arrière-plan. Dans notre méthodologie, on le constate pour le site New York Times plus volumineux en termes de données.

Voici un exemple des itérations de mesure sur le site Amazon (Amazon.com) qui montre la différence de traitement des données entre différents navigateurs.

Mémoire consommée (RAM) par le processus navigateur (Mo)

La consommation de mémoire est importante à prendre en compte dans un service numérique car même la variation de la consommation de mémoire n’influe pas sur l’impact énergétique, elle reste très importante à intégrer car des effets de surconsommations sur des smartphones déjà bien encombrés en mémoire, ou plus anciens, moins puissants, cela peut créer des instabilités ou des applications qui ne peuvent pas fonctionner simultanément car en concurrence. En terme écologique, cela peut bien sûr procurer un changement de smartphone prématuré côté utilisateur pour un modèle plus puissant pour satisfaire à un bon confort d’usage.

La variation va de 400 Mo à 1,8Go (soit environ la moitié de la RAM du Samsung Galaxy S7).

Observons plus précisément le comportement de la mémoire suite à la séquence :

1. Lancement navigateur
2. Inactivité Navigateur
3. Navigation (Moyenne de la consommation mémoire)
4. Inactivité suite à la navigation
5. Système après fermeture navigateur

Au lancement des navigateurs, on a une médiane d’utilisation de la mémoire de 413Mo. Edge consomme beaucoup plus avec 834Mo.

Si on laisse le navigateur inactif, la consommation mémoire de la plupart des navigateurs reste assez stable. Ce qui est plutôt bon et normal. Par contre, on voit que Edge et Ecosia ont une forte augmentation de la mémoire.

Ensuite, avec la navigation, la mémoire consommée augmente de façon importante. Cela s’explique par la consommation des moteurs de navigation pour analyser et stocker les éléments. La gestion des onglets va aussi jouer. Si le navigateur déleste la mémoire pour les onglets non actifs, alors la consommation sera plus faible.

On peut noter que Firefox Focus, Mint, Duck Duck go, Opéra Mini et Qwant consomment globalement peu de mémoire.

À la fermeture du navigateur, presque tous les onglets ne sont plus en mémoire. Firefox reste cependant avec 1Go ainsi que Chrome et Mint avec 100Mo environ. Probablement un bug mais qui est gênant car des éléments occupent encore la mémoire et des traitements peuvent aussi exister : les traitements sont confirmés sur Firefox et Mint avec le taux de CPU consommé par le processus du navigateur qui reste élevé.

On peut aussi regarder l’impact mémoire de la consultation de Wikipédia (La consommation de base du navigateur est ici soustraite).

On comprend bien la différence de gestion mémoire entre navigateurs et la potentielle entropie sur des sites plus lourds.

Performance

Nous avons mesuré le temps d’écriture de l’URL dans la barre d’adresse.

Cette différence de performance s’explique par plusieurs facteurs : échanges réseau lors de la saisie (auto-complétions), traitement lors de la saisie, recherche en base des adresses connues… Au final, pour l’utilisateur le temps pour avoir accès au site va être plus ou moins long. Exemple sur l’entrée de l’url Wikipédia sur Duck Duck Go: beaucoup d’échanges réseau et de traitements CPU (pic à 22% de CPU).

Contrairement à Edge plus rapide qui a des traitements plus faible en terme de CPU.

Au passage, on pourrait avoir une optimisation de tous les navigateurs en limitant ses traitements (par exemple en regroupant et espaçant les traitements).

Impact environnemental



L’impact environnemental est calculé en fonction des facteurs d’émission Greenspector prenant en compte l’énergie consommée et l’usure de la batterie (impact sur la fabrication). L’impact du réseau et du data center est pris en compte avec l’intensité internet.

Cet impact est ramené à la consultation d’une page.

Firefox Focus par sa faible consommation est premier. Samsung qui a une consommation d’énergie dans la moyenne est à la deuxième place grâce à bonne gestion des données.

Les navigateurs les plus impactants (Esosia, Edge, Mint et Opera Mini) ont une consommation d’énergie élevée et une mauvaise gestion des données.

Source :
https://greenspector.com/fr/quels-sont-les-meilleurs-navigateurs-web-android-a-utiliser-en-2021/ 

Retrouvez Greenspector les 9 et 10 novembre 2021 sur la 10ème édition de Mobility for Business