8ème édition
1-2-3 octobre 2019
Porte de Versailles

Le salon de tous les projets mobiles

Le BYOD d'accord, mais pas sans dispositif de sécurité

La dernière étude Bitglass révèle que les entreprises qui autorisent leurs collaborateurs à utiliser leurs propres équipements (smartphones, ordinateurs, etc.) ne mettent pas en œuvre d’outils de sécurité, de formation ni de best practice. De fait, leurs données se retrouvent en grand danger.

La plupart des entreprises adoptent, en effet, le BYOD sur le lieu de travail. Ainsi, pour 74% des personnes interrogées, les employés de leur entreprise sont autorisés à utiliser des appareils personnels dans le cadre de leur travail. Toutefois, près de la moitié (47 %) ont également déclaré que leur employeur n'avait pas de politique de sécurité claire concernant BYOD, ou qu'ils ignoraient si leur entreprise en avait mis une en œuvre.

Pour 31% des personnes interrogées, les équipements non gérés représentent le principal risque de fuite de données.

En outre, les dispositifs mobiles, qui ne sont généralement pas gérés constituent le troisième principal point de faiblesse pour la sécurité de l’entreprise (18 %). Dans le même temps, moins d'une personne sur cinq (16%) a évoqué les dispositifs non gérés comme une priorité absolue dans le cadre de la sécurité de l’entreprise pour l’année à venir.

« L'adoption de BYOD peut  engendrer de nombreux avantages, souligne Karim Bouamrane, directeur Europe du Sud et Afrique de Bitglass. Elle permet d’accroître la productivité, de réaliser des économies de coûts et de retenir des talents. Cependant, autoriser les employés à effectuer leur travail à partir d'appareils personnels peut entraîner des fuites de données si des politiques et des solutions de sécurité appropriées au BYOD ne sont pas mises en place. »

Reste que pour profiter en toute sécurité du BYOD, les entreprises ont besoin d'outils avancés tels que l'analyse comportementale des utilisateurs et des entités et la prévention des pertes de données (DLP). Elles doivent par ailleurs être en mesure d'effacer de façon sélective les données relatives à l'entreprise des dispositifs personnels, sans affecter les données personnelles qu'ils contiennent.

Á la question relative aux outils qu'ils considéraient les moins efficaces pour sécuriser les dispositifs personnels, les sondés ont placé les documents protégés par mot de passe en tête (36 %) devant la reconnaissance faciale (20 %). 

Concernant l'authentification multifactorielle sur les dispositifs BYOD, 37 % des organisations utilisent des applications tierces, 13 % utilisent des jetons SMS, 11 % utilisent des jetons matériels et 11 % utilisent Google Authenticator. 28 % ont d'ailleurs déclaré que leur entreprise n'utilise pas l’authentification multi-facteurs sur ses propres terminaux.
Lire la suite sur 
https://itrnews.com/articles/179477/le-byod-daccord-mais-pas-sans-dispositif-de-securite.html